IWC19-01
IWC19-01
IWC19-01
Consecuencias de una posible degradación de los aseguradores franceses

Consecuencias de una posible degradación de los aseguradores franceses

Fuente : L´Argus (Philippe Dubosc)

(Después de que Standard & Poors ha rebajado la calificación de Francia de AAA a AA+, el economista Norbert Gaillard, especialista de agencias de calificación, autor de obras de referencia sobre el asunto, consultor de la OCDE y del Banco Mundial, explica las causas de esta degradación y su impacto sobre los aseguradores franceses.

Norbert Gaillard señala que las compañías se verán obligadas a aumentar sus fondos propios como consecuencia del incremento de las tasas de interés. Por el contrario puede que la desconfianza generalizada hacia las entidades financieras haga que el seguro de vida ahorro sea refugio de los ahorradores.

Es probable que todo ello lleve aumentos de tasas y consecuentemente a un encarecimiento de los seguros.

Por lo que puede suponer para el mercado español en situación similar, ver a continuación el artículo íntegro en su versión francesa)

Alors que Standard & Poor’s vient d’abaisser la note de la France de AAA à AA+, l’économiste Norbert Gaillard, spécialiste des agences de notation, auteur d’ouvrages de référence sur la question (*), consultant notamment auprès de l’OCDE et de la Banque mondiale, explique les causes de cette dégradation et son impact sur les assureurs français.

Pourquoi la France a-t-elle perdu sa note AAA ?

« La France présente un déficit public encore très élevé, ce qui soulève des questions sur sa solvabilité. D’autres Etats notés AAA, comme la Norvège, la Suède ou la Suisse, ont des finances publiques bien plus saines. Contrairement à l’Allemagne qui affiche également une dette publique conséquente, la France parvient certes à dégager des recettes supplémentaires mais éprouve des difficultés à réduire ses dépenses. Les réformes nécessaires en matière de retraite, de fiscalité et de flexibilité du marché du travail ont du mal à passer en raison d’un manque de volontarisme politique et du fait de la pression des lobbies. En outre, la France souffre d’un chômage structurel élevé, d’une balance des paiements déficitaire et d’une compétitivité déclinante, notamment vis-à-vis de l’Allemagne. En réalité, notre pays a décroché au lendemain de la crise financière de 2008, lorsque les plans de soutien à l’économie, qui ont aggravé sensiblement l’état des comptes publics, ont été lancés. Cela fait donc longtemps que la France a, en réalité, perdu son triple A. Nous avons été en quelque sorte “surnotés” ces dernières années. Les investisseurs ont d’ailleurs intégré ce phénomène, comme le montre le différentiel croissant entre les taux français et allemands. » 

Pourquoi S&P s’est décidé à dégrader la France seulement maintenant ?

« Depuis le début de la crise des dettes souveraines, Standard & Poor’s a été l’agence la plus réactive. Elle fut la première à dégrader la Grèce, puis la première à dégrader la Grèce en catégorie spéculative, et enfin la première à dégrader les Etats-Unis. Il est logique qu’elle soit encore la première à dégrader des pays AAA de la zone euro, la France et l’Autriche en l’occurrence. L’agence avait d’ailleurs largement préparé les esprits à ces abaissements de notes. Ceux-ci interviennent moins de 45 jours après la mise sous surveillance négative des pays de la zone euro survenue le 5 décembre 2011. Ce délai correspond tout à fait aux délais “standards” que j’ai calculés dans mon dernier ouvrage A Century of Sovereign Ratings (Springer, New York, 2011). La décision de S&P du 13 janvier ne constitue donc pas franchement une surprise.»

 Les assureurs français vont-ils être dégradés à leur tour ?

« Les assureurs, dont l’Etat est l’actionnaire principal, c’est-à-dire la CNP, la CCR et La Banque Postale, seront certainement dégradés. Quant aux assureurs privés, ils devraient eux aussi l’être prochainement. Standard & Poor’s avait fait une annonce en ce sens le 12 décembre 2011. De façon générale, ce sont tous les émetteurs de dette français notés AAA et vraisemblablement AA+ qui subiront un abaissement de note. Rappelons qu’il est très rare qu’une entreprise soit mieux notée que l’Etat dont elle est sous la juridiction. Selon un rapport publié par Standard & Poor’s, à peine 100 sociétés dans le monde, tous secteurs confondus, étaient dans cette situation en juin 2011. Dans l’assurance, l’exemple le plus connu est celui de Generali dont le rating est meilleur que celui de l’Italie. Les analystes estiment que la santé de la compagnie est bonne, que ses parts de marché sont importantes, que ses activités sont diversifiées et internationalisées. Cependant, la compagnie sera dégradée dans les prochains jours, suite à l’abaissement de deux crans de la note souveraine italienne. Il faut également craindre que la majorité des assureurs français soient dégradés en janvier ou février, d’autant qu’ils détiennent une part importante de bons du Trésor français dans leurs actifs.» 

Quelles conséquences cette dégradation aura-t-elle sur eux ?

« La première conséquence est que les assureurs emprunteront sur les marchés à des taux d’intérêt plus élevés. Ils devront également prendre en compte la baisse de qualité de leurs portefeuilles et seront contraints d’augmenter leurs fonds propres en conséquence. Pour répondre à des appels d’offres, certains groupes internationaux exigent un rating élevé, ce qui pourrait pénaliser certains assureurs et courtiers français. Enfin, une dégradation générale des assureurs pourrait accroître la méfiance des Français à l’égard de l’ensemble des institutions financières et détourner encore davantage les épargnants de l’assurance-vie. »

Et pour les assurés ?

« Les assurés pourraient subir une augmentation des tarifs en santé et en dommages. Comme les assureurs vont devoir augmenter leurs fonds propres, les assurés seront sans doute sollicités. Les assureurs pourraient, par exemple, être tentés de se rattraper sur les prix des complémentaires santé, des offres auto et habitation. »

Acerca del autor

Especialista en modelos de distribución de seguros, fusiones y adquisiciones, socializador del conocimiento, Comunicador y conferenciante.Ex Consejero – Director General de AXA AURORA VIDA, Ex DG de AURORA, Ex Consejero de sociedades participadas del BBVA. Asesor de entidades aseguradoras en varios países europeos y de Corredurías internacionales.Licenciado en Derecho por la Universidad de Deusto, Curso de Post grado en Dirección de empresas de UC Deusto.

Artículos relacionados

2 comentarios

  1. Carlos Biurrun

    Estimado Rubén: vamos a traducirlo pronto atendiendo a tu petición.
    ¿Puedes aportar alguna contribución sobre la situación del seguro en Uruguay. Con mucho gusto la publicaremos en el blog.
    Saludos.

Dejar un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *

3 × 5 =