#MoiPrésident : Aller au-delà des évidences!

#MoiPrésident : Aller au-delà des évidences!

DIA_EN

Recordando aquel programa de Tola en Televisión española y contemplando la complicada situación política de las elecciones francesas de mayo, Guillaume Rovere ahonda en lo que haría si fuera Presidente.

Artículo publicado con la autorización del autor que se puede leer también en linkedin.

GROGuillaume Rovere

Merci à Linkedin et Sandrine Chauvin d’avoir initié cet espace d’expression concernant la prochaine élection présidentielle. C’est un exercice amusant que de s’imaginer cette situation et cela relativise le degré d’exigence que nous avons face à notre classe politique.

Comme beaucoup d’enfants, vers 14 ans, j’ai rêvé d’être président avec l’objectif d’améliorer la vie des gens dans mon pays. A 51 ans, je me dis que je suis content de ne pas avoir “perdu mon temps” à continuer de rêver mais plutôt à transformer mes rêves à générer de la richesse collective, en offrant ma créativité à créer des emplois.

Il me semble que ce qui manque le plus dans notre univers politique est la perspective. Peut-être devrait-on élire un architecte car lui a appris l’importance des angles de vue pour analyser une décision avant de la prendre. Peut-être devrait-on élire un mathématicien car lui a appris à comprendre la résistance des corps constitués. Peut-être devrait-on élire un chameau car lui sait qu’il faut épargner l’eau pour traverser de longues distances. Peut-être devrions-nous élire une chèvre mais ça, nous l’avons peut-être déjà fait.

Ce qui me manque en tant que citoyen, c’est d’entendre la vision d’un projet fédérateur. Souvent, les politiques ont su fédérer les humains en désignant un ennemi, allant même jusqu’à lui déclarer la guerre. Est-ce la nature belliqueuse de l’homme que nous devons prendre en considération première ou son esprit qui sait être si bienveillant quand on lui démontre qu’il peut en tirer profit et en partager les bénéfices illimités ?

#MoiPrésident, je proposerais de réfléchir à un projet à cinquante ans en y associant les différentes générations et notamment les plus jeunes.

#MoiPrésident, j’inciterais mes concitoyens à dépasser les contraintes ordinaires pour enfin se positionner en capacité d’atteindre l’objectif. Ne soyons plus gestionnaires (mauvais) de notre quotidien mais cultivateurs d’un futur prometteur.

#MoiPrésident, je cesserais d’infantiliser mes concitoyens qui passent leur temps à être “punis” comme on n’oserait plus punir nos enfants.

#MoiPrésident, je simplifierais les règles que plus personne ne comprend et en même temps, je serais beaucoup plus ferme quant à leur application et respect.

#MoiPrésident, je déplacerais l’Elysée et tous les ministères dans un complexe unique, moderne à Marne-la-Vallée et mettrais l’Elysée à disposition des Musées de France. Cela devrait plaire aux touristes et ferait gagner en productivité des ministères.

#MoiPrésident, je proposerais que tous les élus aient d’abord exercés dans la société civile pour comprendre les aspects sociologiques de notre société de l’intérieur.

#MoiPrésident, j’imposerais que les élus ne puissent pas l’être plus de quinze années dans leur vie. Cela devrait rafraîchir le paysage et limiter la suspicion de corruption.

#MoiPrésident, j’envisagerais la vie de mes concitoyens comme un tout et non comme une succession de phases. La réelle liberté de choix dans son parcours professionnel serait la clé de la nouvelle organisation de vie. Le travail cesserait alors d’être le parangon de vertu d’une vie humaine comme cela nous a été vendu par les grands capitaines d’industrie du XVIIIème siècle.

#MoiPrésident, je ne serais élu qu’un mandat car j’ai autre chose à faire. Après mon mandat, je ne pourrais pas rejoindre un poste en possible conflit d’intérêt.

#MoiPrésident, je permettrais à ceux qui vivent dans notre pays d’y vivre comme ils le souhaitent mais en respectant scrupuleusement des règles du vivre ensemble, sans stigmatisation inutile. Chacun fait comme il veut dans un cadre clair et bienveillant.

Vous avez échappé au pire. Je ne souhaite pas être président car cela nécessite de composer avec trop de réseaux d’influence et je suis personnellement trop attaché à ma liberté de penser, comme le Clochard du film de Disney. Je ne veux aucun collier comme celui de la Belle. Je souhaite bon courage au prochain président qui devra certainement avaler quelques couleuvres servies par ceux qui l’auront fait Roi. Merci.

Guillaume Rovère

@GuillaumeRovere

Acerca del autor

Somos una Empresa de comunicación y gestión del conocimiento asegurador en RED dirigida a las empresas y profesionales iberoamericanos, especializada en Comunicación Corporativa, Gestión del Conocimiento, Consultoría Estratégica y Eventos para la Industria Aseguradora.

Artículos relacionados

Dejar un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *

16 + quince =